Bulle d'air! Index du Forum
Bulle d'air! Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Quand la Bulle se fait scribouillarde ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bulle d'air! Index du Forum -> Bulle d'air! -> L'atelier
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Albunea
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2011
Messages: 218
Localisation: Entre raison et déraison ...

MessagePosté le: Sam 2 Juin - 00:54 (2012)    Sujet du message: Quand la Bulle se fait scribouillarde ... Répondre en citant

Citation:
Si j’ai le pied marin ?
 

Non pas franchement, non. Sans la moindre hésitation.
 

Je pourrais vous dire que c’est merveilleux de voguer au fil de l’eau et de se laisser porter par le courant, imperceptiblement, sans se soucier de l’état douloureux de ses pieds au quand, a la nuit tombée, vous ferrez enfin étape après avoir chasser des dizaines de petits cailloux de vos chausses, ni des courbatures au petit matin alors que vous vous levez d’une paillasse douteuse, dans une taverne plus qu’inquiétante à la tenancière édentée mais aux formes plus que généreuses. Je pourrais vanter le calme d’un voyage bercé au son des vagues que le bateau fend fièrement et les heures passées à déterminer à quel moment les remous ont disparu dans le sillage du majestueux navire ….
 

Je pourrais, mais ce serait mentir !! Et puis ca intéresse personne les récits fleurs bleu qui rentent la rose (noire !!) ou tout est beau tout est parfait !!
 

Avoir le pied marin … si le pied seul suffisait, j’en serais heureuse, mais non. L’expression est Ô combien réductrice …. C’est le corps entier qu’il faut adapter au gré de l’eau. On lui donne son pied au fil de l’eau, il vous prend tout, même votre dernier repas …
 

 

Tout a commencé comme une grande aventure, pleine de promesses merveilleuses, de découvertes et de richesses. Nous embarquions sur le Black Baccara, la Rose Noire Bordelaise, les cales chargées de peaux d’une qualité et d’une douceur inégalable, de barils de vin capiteux et de cidre savoureux, de tonnelets de Whisky enivrants et de jambons alléchants.
 

Je me voyais déjà, voguant sur les mers du monde, cheveux au vent, en habits d’homme, par ce que c’est plus pratique, à mettre tout mon cœur à la manœuvre, à grimper les cordages qui mènent à la vigie au somme du plus haut des mats … sans avoir le vertige … oui je rêvais de voyages extraordinaires … et dans les rêves d’une demie blonde, tout est permis. Tant les destinations farfelues sur les mers lointaines que la découverte de terres nouvelles. D’ailleurs au matin de l’embarquement, au moment de poser un pied sur le bateau, j’étais résolue à nommer la première ile sur lesquelles nous aurions mit pied : les iles Bulliennes. En toute simplicité !!
 

Seulement voila, ma blondeur n’avait pas voulu entendre que la Rose noire était un foncet, destiné a la navigation fluviale. Mais rapidement tout se met en place dans mon esprit un peu embrumé de ses rêves de grandeurs de la nuit précédente … non des iles mystérieuses entre Bordeaux et Toulouse, je ne devrais pas y en trouver beaucoup !! Dommage, au moins je profiterais du voyage pour faire mon baptême sur l’eau.
 

Deux jours d’un voyage interminable. À croire que le capitaine prenait plaisir à ralentir le bateau, d’ailleurs je le soupçonne d’avoir passé une partit de la première nuit à souffler en sens inverse dans une voile qui n’existe pas !! …. Ou à ramer a contre courant !!…. C’est pas possible autrement. Il voulait nous garder à bord à tout prix.
 

Mois voila … même les pires choses ont une fin …Après avoir passé des heures à user mes yeux verts sur les remous à l’arrière du bateau et à tenter de calmer mon estomac qui avait décidé de danser la gigue avec mon cœur au son des chansons de marins qui résonnent a la taverne des mate lots sur le port de Bordeaux … celui de Toulouse était enfin était en vue. Top tôt à mon gout.
 

J’arrivais tout juste à trouver le pas chaloupé qui permet de se mouvoir sur la coquille de noix et contre balancerait le tangage perpétuel, les mouettes se faisaient moins rieuses et le silence des poissons moins angoissant. De toute façon je préfère les moineaux et les poissons en bocal !! 
 

Vous savez ce qui est le pire dans tout ca ?
On rembarque ce soir … et j’ai hâte !!



Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 2 Juin - 00:54 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Albunea
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2011
Messages: 218
Localisation: Entre raison et déraison ...

MessagePosté le: Sam 2 Juin - 00:55 (2012)    Sujet du message: Quand la Bulle se fait scribouillarde ... Répondre en citant

Citation:
Pied à bord !! La coquille de noix n’a pas changée. Toujours aussi petite, toujours aussi instable, mais au moins elle va en direction de Bordeaux. Et ca ca n’a pas de prix quand on vient de passer quelques jours dans la capitale voisine un peu trop calme au gout d’une demie blonde, croyez moi.
 

Donc on rentre !!! Départ prévu aux aurores … donc j’embarque la veille … Un coup de tête ? Une lueur de raison ? Ne pas laisser à mon cerveau de demie blonde (et pas demi cerveau de blonde) le temps de se poser trop de questions … monter ou ne pas monter, dormir a terre ou craindre que les intestins ne se joignent cette fois a la danse lancinante qui me mettra le cœur au bord des lèvres. Telle est la question !!
 

La raison l’emporte … comme quoi les miracles existent… je passerais donc cette nuit à bord, avec un peu de chance, je me ferais assommer par la fatigue, un ballot de peaux que l’on charge, un passager qui ne m’aurait pas vu enroulée dans les cordages ou je ne sais quelle autre étrangeté. De la sorte, je resterais parfaitement inconsciente et avec un peu (beaucoup) de change je me réveillerais chez moi, sur ma couche … un bandage autours de la tête. Ah bah oui on peut pas tout avoir … sauf dans mes rêves !!
 

« Il faut s’occuper … ne pas penser au roulis, fixer son regard sur ce qui ne tangue pas … » Très bon conseil, je n’en doute pas … mais faut le trouver LE point qui bouge pas. La lanterne dans la taverne danse la valse, vole et virevolte au gré des courants. Les rames tournent à l’ infini, dessinant des ronds et des ovales à la surface de l’eau. Les lumières sur les berges s’amusent à sauter à chaque vague … ou est ce le bateau qui penche dangereusement ?  Rien que d’y penser ca me fiche le tournis.
 

Donc non ce n’est pas vers la terre que je trouverais mon salut et guérirais mon cœur et mon estomac. Me reste le ciel … je compterais bien les moutons et les chèvres qui tentent de s’échapper de la coquille de noix … histoire de sauver leur peaux !! Maaaaaaa non !! Les peaux non vendues on les étales sur le pont en un tapis moelleux et s’en faire une couche douillette. Ensuite on se glisse dessous pour faire barrière au froid encore mordant d’un début de printemps timide. Et zou … on compte les nuages … heu non, les étoiles … parce qu’il fait nuit.
 

Des étoiles je ne connais rien … à part Orion et sa ceinture. Mais une fois repérée, j’en fais quoi ? Je la lui retire et le laisse courir en tenu d’Apollon dans le ciel étoilé ? Quelle drôle d’idée...
 

C’est amusant les étoiles … on peut tracer des images en les reliant entre elles. Là un taureau aux yeux furibards, agacé par un aigle, une colombe et un corbeau qui s’entremêlent pour l’équilibre. Ici le un bélier aux cornes bien arrondies pour pas faire trop mal aux fesses si il charge, un chien qui s’époumone sur un lézard … et hop, le voila sans queue et il devient serpent … Les poissons volants je les laisse retourner à l’eau .. J’en connais une qui serait fichue d’en avoir peur.
Un repas pantagruélique se dessine peut a peu fait de paons et de cygnes majestueux. Le lièvre, apparemment mal cuit saute du plat et renverse le tout.
 

Les constellations deviennent jeu entre mes yeux, se muent et se déplacent, c’est une histoire qui se déroule dans le ciel étoilé. L’imagination n’a de limites que celles qu’on lui impose … alors j’imagine un phénix qui renait des flammes soufflées par un dragon. Une licorne et l’Hydre de Lerne qui rejouent sous les yeux ébahit les travaux d’Hercule … S’ensuivent les héros grecs qui défilent.
 

Mes paupières lourdes se ferment peu à peu … et les voiles que je dessine dans mes rêves permettent à notre arche de Noé de rentrer au plus vite à bon port …




Revenir en haut
MSN
Albunea
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2011
Messages: 218
Localisation: Entre raison et déraison ...

MessagePosté le: Sam 2 Juin - 00:56 (2012)    Sujet du message: Quand la Bulle se fait scribouillarde ... Répondre en citant

Citation:
Apres avoir quitté Périgueux, traversé le désert, affronté les brigands et fait un détour par Lodève … pour faire plaisir a Zeph … nous sommes remontés a Murat, mon premier village de villégiature, pour que j’y rende mon mandat. Vite fait bien fait, parce qu’a part un rat mort qui avait l’air de mieux s’amuser que nous … on a pas même croisé une fourmi.
 

Au choix : direction l’Helvétie, histoire que j’achève de tourner certaines pages d’un passé qui me pèse, er clore un ou deux chapitre au passage, ou direction les Flandres ? Finalement nous partons saluer immédiatement les flamands. Les helvètes iront se faire voir chez les espagnols, c’est d’ailleurs vers la bas que la moitié de la province a embarqué.
 

Comme je doute fort que tu goute à l’idée que je m’enrôle pour une croisade aux cotés des lions Genevois … Je n’aborderais pas le sujet !! 
 

La capitale Auvergnate a du sentir tourner le vent, elle était vide. Zeph aurait elle une aura si grande que son influence se fasse sentir même ici ? Ou est ce simplement que des nouvelles têtes, bien secouées voire trop allumées fassent peur ? Bref au final : un idiot qui m’a gonflé a peine la bouche ouverte, une greluche qui gloussait comme une dinde et le silence. Mais je me tiens, j’ai encore torturé personne.
 

En route nous avions tout de même retrouvé un ours pouilleux qui a passé quelques temps à Bordeaux à une époque. Donc rien à craindre pour lui, il connait déjà notre duo et ses 40 rugissants. Perdu si tôt croisé d’ailleurs … Dommage.
 

L’escale à Nevers est un calvaire … il y a certes des gens ici … mais soit Zeph et moi sommes devenues invisibles, soit nous devenons associables. Il règne ici un climat de bons sentiments trop visible, un nuage de bonne volonté suffocant. C’est étrange, moi qui ai voué ma vie à calmer les ardeurs des gens, a éviter les conflits par la diplomatie, j’en arrive à espérer une bonne prise de tête avec le premier venu.
 

Je fuis les babyloniens, les dresseuses de panthère et les dragouilleurs à deux écus comme la peste. Je me fais un ami tout neuf, très présent et qui ne risque jamais de me faire défaut. Il s’appelle Silence. Fort heureusement nous quittons la ville demain.
 

Voila … petites nouvelles parmi d’autres.
 

Les joies du voyage !!



Revenir en haut
MSN
Albunea
Famille

Hors ligne

Inscrit le: 14 Aoû 2011
Messages: 218
Localisation: Entre raison et déraison ...

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 23:53 (2012)    Sujet du message: Quand la Bulle se fait scribouillarde ... Répondre en citant

Citation:
Alors que les nuages s’amoncellent toujours au dessus de ma tête, que mon humeur maussade ne trouve pas d’autre alternative que de râler et pester sur le reste du monde, et surtout sur ceux qui n’y sont pour rien, nous avons (enfin) finis par quitter Tournai.

Les Flandres sont un comté étrange. Des coutumes et une langue qui leurs sont propres. A peine arrivées qu’ils voulaient nous inviter à un grand feu de joie … avec nous au milieu !! Les joutes verbales semblent une distraction locale … plus vous êtes acerbe, et mieux c’est. Pousser son adversaire dans ses derniers retranchements … juste pour l’énerver … Je reconnais ne pas y avoir pris gout.


Je me suis mise en quête d’un traducteur, histoire qu’il démêle dans ma tête blonde les histoires de « goupillon » qui n’ont rien à voir avec le fait de « dégoupiller », ou seulement de loin, les « santons » que l’on adresse en levant sa choppe à des « nioutes » … J’ai trouvé celui qui a eu la lourde charge de m’enseigner les « subtilités flamandes », jusqu'à ce qu’on m’explique, au bout de deux semaines, que finalement, ces deux mots cote à cote ne semblent pas pouvoir cohabiter. C’est pas moi qui l’ai dit !!


J’avais donc rédigé une superbe lettre pour les autorités artésiennes, une demande de laisser passer dans les formes et avec style. Tout le monde nous annonçait des frontières fermées et des armées aux aguets, les crocs acérés et les babines retroussées. Je me suis vue retournée une réponse fort aimable, pleine de douceur et de bienveillance : « nos frontières sont ouvertes ». C’est malin !!


Mis a part la capitale Aras, que nous n’avions pas le moins du monde envie de visiter, nous étions libres de circuler ou bon nous semble en Artois. Merveilleux, nous avons levé le camp dans les jours suivants.


Traversant Cambrai, Péronne, passant sur les ruines d’Amiens et arrivant finalement à Bertincourt, ville frontière avec la Normandie, le voyage a été d’un ennui quasi mortel. Une routine désespérante, à peine quelques voyageurs croisés sur les routes, pas plus d’artésiens rencontrés dans les tavernes vides.


Ces quelques jours de voyage ont été rythmés par de nouvelles demandes de laisser passer, aux autorités normandes cette fois, bien plus coriaces. Une demie douzaine de courriers échangés avec leur prévôt et je nous voyais catégoriquement refuser l’accès au domaine royal. Nous étions « persona non gratta » en Normandie, parce que je n’étais pas en mesure de justifier de nos identités et de nos intentions. Jouant des coudes et des mains, allongeant le bras pour réveiller telle ou telle amitié, Zephyre et mon « professeur en coutumes flamandes », convaincu de nous suivre à grand renfort de battements de cils, de soirées à rires et d’éloge de la Guyenne, ont fini par nous décrocher les précieux sésames.


C’est la que nous en sommes de notre voyage : aux portes de la Normandie, autorisation de voyager en main armes rangées, attendant les quelques retardataires, faisant provisions et réserves parce que nous n’avons que quelques jours pour atteindre la Bretagne et retrouver Sam.





Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:52 (2018)    Sujet du message: Quand la Bulle se fait scribouillarde ...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Bulle d'air! Index du Forum -> Bulle d'air! -> L'atelier Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com